dimanche 14 août 2016

En route vers mon premier Marathon : 2 semaines ; 320km


Au printemps, je publiais ici ma première entrée de blog, retraçant ma progression depuis mes débuts sur 10km en 47min, jusqu’à mon demi-marathon de l’automne dernier en 1h07:45. Aujourd’hui, j’explique le chemin qui m’a amené en entamer mon premier build-up marathon et je dévoilerai mes 2 premières grosses semaines d’entraînement en vue du grand jour.

Mon parcours :
Voilà maintenant 2 ans que mon parcours universitaire s’est terminé. Depuis, j’ai tranquillement délaissé les distances plus courtes afin de me consacrer principalement sur 10 000m et demi-marathon. J’adore me dépasser et réaliser de nouveaux records personnels. Ainsi, à 26 ans, mon désir de fonder une famille et de faire avancer ma carrière m’amène à me questionner sur le nombre d’année où je pourrai encore me consacrer autant à mon sport. C’est dans cette optique que j’ai décidé avec mon entraîneur que l’automne 2016 serait un bon moment pour tenter ma chance sur marathon. 

Ma motivation et mon objectif :
Il était évident pour moi que je ne voulais pas me retirer du monde de la course élite avant d’avoir réalisé une performance satisfaisante sur marathon. Au cours des dernières années, j’ai pu observer que mes deux plus grandes forces en tant qu’athlète sont ma rigueur à l’entraînement et ma force mentale durant les efforts prolongés. Je suis donc confiant que ces attributs m’amèneront à passer à travers les semaines intenses d’entraînement avec succès. Ainsi, le 16 octobre à Toronto je serai prêt et je pourrai alors répondre par l’affirmative à la fameuse question que tout coureur se fait demander : « Est-ce que tu cours du marathon ?».

Pour ce qui est de mon objectif, il est difficile de déjà prévoir quel temps il sera réaliste de viser lorsque le jour de la compétition sera arrivé, débutant tout juste ma préparation et n’ayant jamais couru plus de 27km continu. Toutefois, un temps précis me vient en tête : 2h23:12. Il s’agit du temps nécessaire afin d’atteindre le standard élite 4 de la FQA. Celui-ci, combiné à un classement parmi les 8 premiers canadiens, me permettrait d’obtenir une bourse d’excellence.

Ma préparation :
Le 25 juin dernier se terminait ma saison d’été avec ma participation au championnat canadien de 10 000m sur piste. J’ai par la suite pris 5 jours de repos, avant d’entamer mon retour « progressif » à l’entraînement. Mes 4 premières semaines ont cumulé respectivement 50k-80k-110k-140k. C’est toutefois les 2 semaines suivantes que je retracerai ici.
1er au 7 août :
Lundi : AM : 23.2k à 3:54/k               PM : 12min en Piranha (activation thérapeutique)
Mardi : AM : 50min relax                  PM : 50min relax
Mercredi : Jog progressif : 11k @4:00/km-7k @3:39-3k @3:17-2k @3:54
Jeudi : AM : 50min relax                    PM : 50min relax
Vendredi : 55min relax
Samedi : 25k @3:51
Dimanche : Entraînement pace demi : 30min warm-up/5x2k repos : 3’ (2e k du 5e 2k plus vite)/20’ cool-down
6:20 - 6:18 - 6:16 - 6:17 - 5:56 (3:05/2:51)

Total de la semaine : 155k

8 au 14 août :
Lundi : 27k @3:58
Mardi : AM : 50min relax                  PM : 50min relax
Mercredi : Jog progressif : 11k @4:03-7k @3:44-3k @3:25-3k @4:03
Jeudi : AM : 50min relax                    AM: 50min relax
Vendredi : Entraînement pace demi : 30min warm-up/4x3km repos :4min (le dernier k du dernier 3k plus vite) / 20min cool-down
9 :31(3 :19/6 :12) - 9 :20(3 :05/6 :15) -9 :29 - 9 :07(3 :07-3 :09-2 :51)
Samedi : 27k@3:59
Dimanche : 1h relax

Total de la semaine : 165k


Ces deux semaines complétées coïncident avec une première partie de la préparation de complété. Au cours des prochaines semaines, je prendrai part au 5km endurance, au 21.1k des deux-rives et au 10k de l’Université Laval. Je souhaite ainsi briser les 15 minutes sur 5k route, obtenir la victoire aux deux-rives et courir sous les 31:30 dans une semaine d’entraînement de 150k à l’Université Laval. Finalement, dans la 2e moitié de septembre, je réaliserai les plus gros entraînements spécifiques marathon qui me permettront d’objectiver mon niveau de forme en vue du 16 octobre. 


mardi 26 avril 2016

Camp d'entraînement Flagstaff

Bonjour à vous!

À l'aube de cette saison estivale, un groupe composé de six athlètes du programme Rouge et Or s'est greffé au projet de camp d'entraînement organisé par Athlétisme Canada. Ce dernier prenant place en Arizona dans la ville de Flagstaff, s'est étendue sur une période de vingt-cinq jours. Profitant des bienfaits de l'entraînement en altitude, la troupe composée d'Antoine Thibeault, Charles Phillibert-Thiboutot, Laurence Côté, Stéphane Colle, Yves Sikubwabo et moi-même (Nicolas Morin) a réalisé plusieurs séances d'entraînements qui seront payantes en vue d’atteindre nos objectifs respectifs pour l'été 2016. Afin de clôturer ce stage en altitude, nous prendrons part à différentes compétitions en Californie de la fin avril jusqu'à la mi-mai pour certains d'entre nous. Plusieurs autres athlètes du programme quitteront d'ailleurs le Québec pour se joindre à nous lors de cette série de compétitions de haut niveau. Voici donc en image un résumé des moments cruciaux de ces entraînements, des paysages saisissants de l'Arizona et de l'amitié partagée entre notre petit groupe d'athlètes. Bon visionnement !


Nicolas Morin


dimanche 13 mars 2016

Top 10 CIS athlétisme 2016

Bonjour à l'ensemble des lecteurs,

Déjà un autre championnat national universitaire d’athlétisme de complété. Il s’agit de mon sixième championnat comme entraîneur de l’équipe, le cinquième comme entraîneur-chef. Comme les étudiants-athlètes ont cinq années d’admissibilité sur le réseau, c’est en quelque sorte une étape marquante de ma carrière d’entraîneur avec le Rouge et Or où la première cohorte avec qui j’ai eu la chance de travailler a maintenant complété son stage universitaire. Durant ces six années, j’ai côtoyé une foule d’athlètes et intervenants formidables et le temps a passé très vite.

Le championnat national universitaire d’athlétisme 2016 vient de se terminer et les résultats du Rouge et Or ont été positifs. Une belle semaine passée à Toronto avec plusieurs belles performances des étudiants-athlètes lavallois et un événement très bien organisé par nos collègues de l’Université de York.

Comme je me permets parfois de le faire, voici un top 10 de ce qui a marqué mon championnat 2016 en tant qu’entraîneur.

#10 - Catherine Gagné en pleine progression

Un autre très bon week-end pour Catherine Gagné lors de ce championnat national universitaire d’athlétisme. Malgré qu’elle ait fait ses débuts en athlétisme relativement tard, Catherine parvient à tirer son épingle du jeu sur la scène universitaire, ses résultats sur 4x400m et 4x800m ce week-end ont été au-delà des attentes. Lors du 4x800m, elle est parvenue à compléter son 800m en 2e position alors qu’elle effectuait le premier relais de l’équipe. Une belle surprise qui a permis à l’équipe de terminer 8e alors que la formation occupait le 10e rang au classement provisoire. Le lendemain lors du 4x400m, elle complétait son 400m sous les 58 secondes, une autre belle surprise. Il sera intéressant de voir comment elle pourra transposer ces performances lors de la saison en plein air.

Catherine Gagné qui a connu un excellent week-end sur 4x800m et 4x400m. 


#9 - Jeanne Mercier termine sa carrière universitaire en athlétisme sur une belle note

Felicitations à Jeanne Mercier qui a conclu sa saison sur une belle note en prenant le 8e rang au championnat national universitaire. Jeanne est une de ces athlètes qui a travaillé fort durant les dernières années pour en venir à avoir le niveau requis pour atteindre l’élite nationale sur la scène universitaire. Son parcours atypique a de quoi inspirer plusieurs athlètes, malgré quelques blessures et des longues séquences difficiles ces dernières années, elle a su trouver la force de surmonter les obstacles et devenir un des piliers de la formation lavalloise.

En terminant 8e lors du championnat national, Jeanne a marqué un point au classement par équipe et accompli un exploit qui aurait semblé inaccessible lors de ses débuts universitaire il y a quelques années. Guider cette athlète lors des dernières années a été un plaisir, le type de privilège qui permet à un entraîneur d’apprécier pleinement son boulot.

Jeanne Mercier complétant le 3000m en 8e place au championnat national universitaire. 


#8 - Un record d’équipe au 4x400m chez les femmes

Bravo à l’équipe féminine de 4x400m du Rouge et Or pour l’excellente performance réalisé à York lors du championnat national. Alors que l’équipe occupait le 10e rang au classement provisoire, les filles ont su lever leurs niveaux d’un cran en prenant le 7e rang et en établissant un nouveau record d’équipe en 3 :50.30. Ce résultat surpasse de deux secondes l’ancienne marque qui datait de 2014. Marie-Colombe St-Pierre a propulsé l’équipe vers cet excellent résultat avec une très belle course pour débuter le relais et ses coéquipière Andréanne Frigon, Catherine Gagné et Rose-Émilie Carrier ont poursuivit l’excellent travail. Bravo également à Myriam Lamontagne qui a contribué au succès du 4x400m féminin cette année avec plusieurs solides performances durant l’ensemble de la saison.

Les membre de l'équipe 4x400m du Rouge et Or chez les femmes après un résultat de 3:50.30.


#7 - Les athlètes du RSEQ de plus en plus compétitifs.

Depuis de nombreuses années, c’est la conférence ontarienne (OUA) qui domine le circuit universitaire nationale en athlétisme. Malheureusement, trop peu d’athlètes provenant du réseau québécois sont parvenus à monter sur les podiums lors des dernières années. Par contre, l’année 2016 est certainement une des meilleures depuis fort longtemps pour les athlètes québécois.

Les programmes des universités Laval, McGill et Sherbrooke progressent bien et ces trois institutions ont placés plus d’athlètes sur les podiums qu’à l’habitude. Le nombre de représentants du RSEQ qui ont atteint le top 8 semblent également augmenter. Il est intéressant de noter que les trois institutions mentionnés ci-haut on remporté au moins une médaille dans les épreuves de relais. Il s’agit d’une statistique intéressante et à ma connaissance c’est la première fois que cela survient lors du championnat national universitaire.

Bien qu’il reste beaucoup de travail à réaliser pour arriver au même niveaux que nos collègues de l’Ontario, il faut se réjouir de la progression des programmes québécois. Une conférence universitaire forte et en santé est nécessaire pour le développement de l’athlétisme québécois, avoir plusieurs équipes compétitives sur la scène nationale créer un effet d’entraînement où l’ensemble des équipes progressent et cela permet d’accueillir de belles compétitions en sol québécois où il est possible de réaliser des performances de valeur durant la saison.

La conférence RSEQ qui progresse de belle façon sur la scène nationale en athlétisme. 


#6 - Anne-Marie Gauthier impressionne

Après plusieurs bons résultats cette saison et des victoires sur 1500m et 3000m lors du championnat de conférence, Anne-Marie Gauthier a été une nouvelle fois impressionnante ce week-end lors du championnat national universitaire d’athlétisme. Elle a tenu tête à aux favorites pendant 2600m lors du 3000m en étant côte à côte avec les trois éventuelles médaillées jusqu’à 400m de l’arrivée pour finalement terminer 4e. Le lendemain, Anne-Marie a pris le 8e rang au 1500m en établissant un nouveau record d’équipe pour le Rouge et Or en 4 :30.79. Il s’agit d’une athlète talentueuse qui est vouée à un bel avenir, il y a fort à parier qu’elle sera à surveiller cet été sur 1500m et 5000m.

Anne-Marie Gauthier durant le 3000m du championnat national universitaire où elle prend le 4e rang. 


#5 - Enfin une médaille au 4x800m masculin pour le Rouge et Or

Lors des dernières années, l’équipe masculine de 4x800m du Rouge et Or a toujours été compétitive et a souvent aspirée au podium national. Par contre, les relayeurs lavallois n’ont pas été en mesure de monter sur le podium dans les cinq dernières années. Cette séquence infructueuse s’est arrêté ce week-end grâce aux efforts de Benoit Didier, Benjamin Raymond, Nicolas Morin et Alex Bussières. Ces quatre coureurs ont remporté le bronze de belle façon en signant un chrono de 7 :35.55. Les remontés spectaculaires de Morin et Bussières ont été particulièrement impressionnantes. En espérant que ce succès puisse être le début d’une belle tradition pour les relayeurs lavallois.

Alex Bussières qui complète le 4x800m du championnat national et procure le bronze aux lavallois. 


#4 - Une médaille de bronze pour Nicolas Morin sur 1000m

Après une quatrième place au 1000m du championnat national universitaire en 2015, Nicolas est arrivé au championnat 2016 gonflé à bloc et déterminé à monter sur le podium. Au terme d’une course excitante dominée par Sacha Smart de Toronto, Nicolas a été combatif et a su bien se positionner en plus de réaliser un excellent dernier tour de piste pour assurer sa place sur le podium. Il s’agissait d'un premier podium national en carrière pour Nicolas. Ce dernier progresse de façon significative depuis quelques années et il est plaisant de voir ses efforts être récompensés. En plus de cette médaille sur 1000m, il ne faut pas oublier que Nicolas a également remporté le bronze au 4x800m dans une épreuve où il a effectué une remontée spectaculaire.

Une première médaille nationale en carrière pour Nicolas Morin qui remporte le bronze au 1000m.


#3 - Jean-Samuel Lapointe termine son parcours universitaire en beauté

En 2011, Jean-Samuel débutait son parcours universitaire avec le Rouge et Or avec une médaille de bronze au 1000m lors du championnat national universitaire. En 2012, il montait à nouveau sur le podium au 1000m en remportant l’argent alors qu’en 2013 il avait mi la main sur la médaille de bronze. Après cette séquence prometteuse, Jean-Samuel a connu des difficultés en étant blessé plus souvent qu’à son tour. Il n’est pas parvenu à se qualifier au championnat national en 2014 et il a renoncé à utilisé son année d’admissibilité en 2015.

La saison 2016 fut donc la cinquième et dernière année universitaire de Jean-Samuel et il est parvenu à monter sur un podium national universitaire pour la quatrième et dernière fois de sa carrière. Cette fois, c’est sur 3000m qu’il a été médaillé en remportant le bronze dans une épreuve dominée par son coéquipier Antoine Thibeault. Jean-Samuel a également pris le 4e rang au 1500m lors de ce championnat national et il a à sa façon écrit l’histoire du Rouge et Or Athlétisme en étant un des très rares athlètes multi-médaillés sur la scène nationale dans l’histoire du programme.

Jean-Samuel durant le 3000m au championnat national universitaire où il remporte le bronze. 


#2 - Une belle cinquième place chez les hommes

Collectivement, l’équipe masculine du Rouge et Or a connu un excellent championnat en récoltant 53 points et en prenant le 5e rang au classement par équipe à seulement deux points de la 4e place et trois points de la 3e place. C’est donc une deuxième année consécutive dans le top 5, alors que l’équipe avait pris le 4e rang l’an dernier. Une belle progression pour l’équipe qui s’impose tranquillement comme une des puissances au pays. La force d’un programme universitaire réside selon moi en sa capacité à produire des résultats de qualité sur une longue période avec plusieurs athlètes différents. 

Dans les dernières années, on a souvent attribué les succès du Rouge et Or à Charles Philibert-Thiboutot qui a été le leader de l’équipe durant son passage avec le Rouge et Or. Le fait de demeurer dans le top 5 national en athlétisme et le top 3 national en cross-country même après son départ démontre bien la force du programme. Charles aura été un pilier de l’équipe et son influence se fait toujours sentir aujourd’hui alors que cette année ce fut au tour de des athlètes comme Antoine Thibeault, Jean-Samuel Lapointe, Nicolas Morin et Alex Bussières de mener les troupes vers le succès.

Après deux top 5 en 2015 et 2016, il reste à viser un podium par équipe pour 2017.

Pointage par équipe chez les hommes au championnat national universitaire d'athlétisme 2016. 



#1 - Antoine Thibeault double médaillé d’or

Ce week-end, Antoine a été fumant en dominant habillement le 1500m et le 3000m lors du championnat national universitaire d’athlétisme. Lors des deux épreuves, son positionnement tactique était exemplaire et il a exécuté son plan de match à la lettre en étant patient durant la première partie de la course avant de s’échapper de ses rivaux en dictant un tempo rapide avec environ trois tours à faire. 


Bien qu’il était premier au classement provisoire dans les deux épreuves, rien n’était joué d’avance et l’opposition était au rendez-vous. Se présenter à un championnat national avec l’étiquette de favori alors que l’on n’a jamais remporté ce championnat dans le passé peut être un piège dangereux. Antoine a bien gérer la situation en étant confiant sans prêcher par excès de confiance. Il s’agit d’ailleurs des deux premières médailles d’Antoine sur la scène nationale universitaire alors qu’il est à sa troisième année d’admissibilité sur le réseau. Sa saison en salle 2016 confirme donc son statut d’athlète faisant parti de l’élite nationale et on peut définitivement affirmer qu’il a maintenant les outils pour connaître du succès à l’international. 


Antoine Thibeault qui réalise le doublé 1500m-3000m au championnat national universitaire. 


À bientôt 



Coach Lapointe 

mercredi 23 décembre 2015

Top 10 2015

Bonjour à tous,

L'année 2015 tire déjà à sa fin et dans quelques jours nous ferons le saut en 2016. Je profite donc de occasion pour dresser un bilan de ce qui a marqué mon année 2015 en tant qu'entraîneur. Difficile de faire un décompte qui inclue l'ensemble des moments privilégiés que j'ai eu l'occasion de partager avec les athlètes que j'encadre, les douze derniers mois ont été riche en émotions.

Prenez note que je me limite aux performances des athlètes d'endurance du Rouge et Or et CAUL que j'encadre personnellement pour ce bilan.

10. Maxime Lapierre et Anthony Larouche sous 68 minutes sur 21.1km.

Au printemps 2013, Maxime Lapierre et Anthony Larouche graduaient du programme universitaire d'athlétisme et de cross-country du Rouge et Or avec l'envie de poursuivre leurs carrières en course à pied en visant notamment de s'attaquer au 21.1km. Après des débuts timides sur la distance en 1h12 en avril 2013, voici qu'aujourd'hui les deux jeunes hommes ont des records personnels sous 1h08. Ils ont réalisés des chronos de 1h07.13 pour Lapierre et 1h07.47 pour Larouche à Philadelphie en novembre dernier.

Les deux athlètes progressent bien sur 10 000m et 21,1km et tout laisse présager qu'ils ont encore les outils pour abaisser leurs chronos considérablement sur ces deux distances. Les deux coureurs risquent également de faire leur début sur 42.2km dans la prochaine année, il sera intéressant de voir comment ils seront capable de tirer leurs épingles du jeu au marathon.

Bref, je suis bien heureux d'avoir la chance de guider Maxime et Anthony dans leurs carrières post-universitaire, ils sont de beaux exemple que l'athlétisme et la course sur route sont des sports à développement à long terme et qu'il est possible de continuer de progresser après son parcours universitaire si on se donne les moyens de le faire.

Maxime Lapierre t Anthony Larouche en tête du peloton au départ du 21.1km dans le cadre du marathon de Montréal. 


9. Une très belle année pour Alex Bussières et Nicolas Morin.

Alex Bussières et Nicolas Morin sont certainement deux des coureurs de demi-fond de l'Université Laval ayant connu une excellente année en 2015. Dans le cas de Bussières, il a finalement été en mesure d'abaisser son record personnel sous la marque des 1:50.00 au 800m en enregistrant un excellent chrono de 1:48.60 en juillet dernier au PEPS de l'Université Laval.

Pour ce qui est de Morin, il a surpris en prenant le 8e rang lors de la finale au championnat canadien senior d'athlétisme en Edmonton au 1500m en plus d'enregistrer des records personnels par plusieurs secondes sur 800m (1:49.82) et 1500m (3:45.40).

Les deux hommes ont réalisé un doublé sur 800m et 1500m lors du championnat provincial québécois en plein air 2015 et ils seront assurément à surveiller en 2016. Les deux coureurs du «One two punch» devraient progressivement faire leurs places parmi l'élite nationale en demi-fond.

Alex Bussières (3) et Nicolas Morin (2) lors de la Soirée Rouge et Or #2 2015 sur 800m. 


8. Une progression impressionnante pour Laurence Côté. 

Après plusieurs années à enregistrer des chronos de 2:09 sur 800m et bien faire sur la scène provinciale, Laurence Côté est finalement passée à une autre étape en 2015 en abaissant son chrono à 2:05.20 et en se taillant une place en finale du championnat canadien senior sur 800m. 

Au courant des douze derniers mois, Laurence a prouvé sa constance et sa polyvalence en abaissant ses records personnels sur toute les distances de 600m à 5000m. Son plus grand exploit de l'année est probablement sa sixième place au championnat national senior sur 800m à Edmonton, surtout qu'il s'agit probablement de l'épreuve la plus compétitive au pays.

L'année 2015 de Laurence devrait servir d'exemple à plusieurs autres coureurs ou coureuses de demi-fond, il s'agit d'un bel exemple qu'il ne faut pas se décourager après une ou même deux années plus difficiles. Avec des efforts, de la patience et de la détermination, il est possible d'atteindre ses objectifs et de progresser de façon significative. 


Laurence Côté en action sur 5000m lors de la Soirée Rouge et Or 2015. 

7. La 4e place de l'équipe d'athlétisme du Rouge et Or lors du championnat canadien universitaire. 

À Windsor en mars dernier, les athlètes du Rouge et Or athlétisme ont uni leurs efforts pour connaître la meilleure performance collective de l'histoire du programme en athlétisme. L'équipe a été menée par Charles Philibert-Thiboutot qui a remporté deux médailles individuelles pour conclure son parcours universitaire avec le Rouge et Or. Les autres athlètes à inscrire des points ont été Nicolas Morin (1000m), Antoine Thibeault (1500m et 3000m), Dominic Allard (60m), Simon Beaulieu (Poids), Philippe Jean (Marteau) et les équipes des relais 4x400m et 4x800m. 

Après les podiums nationaux du Rouge et Or en cross-country dans les dernières années, il est maintenant permis de rêver à un podium sur la scène canadienne en athlétisme lors des prochaines saisons. 


Le pointage par équipe chez les hommes lors du championnat canadien universitaire d'athlétisme à Windsor en 2015. 


6. Anne-Marie Comeau et Aurélie Dubé-Lavoie, membres de l'équipe nationale junior sur 5000m. 

Le 6 juin 2015, Anne-Marie Comeau enregistrait un chrono de 16:34.43 au 5000m lors de la Soirée Rouge et Or en établissant un nouveau record du Québec chez les juniors. Quelques secondes plus tard, sa partenaires d'entraînement Aurélie Dubé-Lavoie complétait l'épreuve en 16:55.34. La résultat d'Aurélie représentait la 3e meilleure performance de tout les temps pour une athlète junior au Québec derrière Anne-Marie Comeau et Caroline Pfister qui avait enregistré une performance de 16:49.52 en 2011.

En plus de ces excellents chronos réalisés le 6 juin, Anne-Marie et Aurélie ont respectivement terminé 1ère et 2e à Edmonton lors du championnat canadien junior. Ces résultats leur assuraient donc une place sur l'équipe nationale junior lors du championnat panaméricain junior d'athlétisme. Dans les deux cas, ce fut une première équipe nationale en athlétisme pour les deux jeunes femmes. Elles ont assurément acquis un bagage lors de ce grand rendez-vous qui les aidera à connaître du succès chez les seniors dans les prochaines années. 

À noter qu'Anne-Marie a remporté l'argent au 5000m lors du championnat panaméricain junior et qu'Aurélie a terminé en 7e place. 

Anne-Marie Comeau célébrant sa médaille d'argent sur 5000m au championnat panaméricain junior d'athlétisme. 


5. L'équipe du Québec l'emporte à Kingston, le CAUL deuxième chez les clubs. 

En novembre dernier, le championnat national civil de cross-country avait lieu à Kingston en Ontario et plusieurs athlètes québécois se sont déplacés en Ontario pour représenter de belle façon la Fédération Québécois d'Athlétisme.

Chez les seniors hommes, les représentants de l'équipe du Québec ont causé la surprise en remporté la compétition par équipe provinciale devant la Colombie-Britanique et l'Ontario. Bel exploit des Québécois, surtout que la dernière victoire de l'équipe québécoise à ce championnat datait de 1982.

Du côté du classement par club, le CAUL a terminé au deuxième rang avec 32 points alors que Speed River l'emportait avec 27 points. Belle performance de Charles Philibert-Thiboutot (3e), Emmanuel Boisvert (11e), Yves Sikubwabo (12e), Maxime Lapierre (25e), Nicolas Morin (42e), Patrick Rouleau (51e) et Vincent Hoa Mai (53e) qui ont été les représentants du CAUL. 

Les athlètes du CAUL ayant pris le 2e rang par équipe (club) au championnat national civil de cross-country à Kingston.


4.  Le retour au sommet pour Emmanuel Boisvert. 

En décembre 2013, Emmanuel subissait deux fractures du crâne et une longue réhabilitation fut nécessaire. Au départ, se tenir en équilibre ou simplement marcher représentait un défi de taille pour celui qui avait connu une belle année 2013 en étant notamment médaillé de bronze au Jeux du Canada sur 5000m. 

Après un retour progressif, Emmanuel reprend la compétition, mais les résultats ne sont malheureusement pas au rendez-vous. Malgré cela, il continue à être assidu à l'entraînement et à espérer retrouver la forme des beaux jours. À l'automne 2015, près de deux ans après son accident, Emmanuel est finalement capable de retrouver un niveau de forme intéressant. Il contribue grandement au succès du Rouge et Or et de l'équipe du Québec lors des championnats canadiens universitaires et civils de cross-country du mois de novembre 2015. 

Au championnat universitaire à Guelph, Emmanuel est le premier québécois à franchir la ligne d'arrivée. Il prend le 13e rang, est nommé sur la deuxième équipe d'étoiles au pays et contribue grandement à la troisième place par équipe du Rouge et Or. 

Au championnat civil à Kingston, il réalise ce qui est jusqu'à maintenant sa meilleure course en carrière en terminant 11e dans un peloton très relevé. Les seuls québécois à le devancer furent Alex Genest (2e) et Charles Philibert-Thiboutot (3e), Emmanuel aida l'équipe du Québec et le CAUL à obtenir d’excellents résultats collectifs. 

Bravo à Emmanuel pour avoir fait preuve de courage et de détermination, son retour est une belle leçon pour les athlètes qui traversent des moments difficiles. Avec de la patience et des efforts, bien des défis peuvent être surmontés. 

Emmanuel Boisvert terminant 13e au championnat national universitaire de cross-country à Guelph. 

3. Guillaume Ouellet champion du monde en para-athlétisme sur 5000m T13. 

Depuis un peu plus d'un an, j'ai la chance d'encadrer Guillaume Ouellet, un athlète phénoménal qui a connu une excellence année 2015. Guillaume souffre d'un handicap visuel qui restreint énormément son champ de vision et il prend part aux compétitions internationales de para-athlétisme dans la catégorie T13.

Cette année, Guillaume a abaissé ses records personnels de façon considérable en enregistrant des chronos de 3:58.95 sur 1500m et de 14:36.35 sur 5000m. Dans les deux cas, il s'agit de records canadiens dans la catégorie T13.

Il a également remporté les Jeux Para-Panaméricain sur 1500m à Toronto, ces jeux furent une belle expérience pour moi et Guillaume, puisque j'avais le privilège d'être entraîneur au sein de la délégation canadienne lors de l'événement. 

L'exploit de la saison de Guillaume fut définitivement sa victoire au 5000m T13 lors du championnat du monde de para-athlétisme en octobre au Qatar. Dans une course stratégique où il a été en mesure de connaître une excellente fin de course pour distancer ses adversaires, Guillaume a prouvé qu'il sera assurément un des favoris pour les Jeux Paralympiques qui auront lieu en septembre prochain à Rio au Brésil. 

Guillaume Ouellet sur la plus haute marche du podium au championnat du monde de para-athlétisme. 

2. Un 4e podium national en 4 ans pour l'équipe de cross-country du Rouge et Or.

Cet automne, les objectifs étaient encore une fois ambitieux pour l'équipe masculine de cross-country du Rouge et Or. Ultimement, l'équipe souhaitait causer la surprise et remporter le championnat national universitaire. Cette visée audacieuse ne s'est pas concrétisée en 2015, mais qui sait ce que 2016 nous réserve ...

Malgré tout, l'équipe a livré une solide performance lors du championnat national universitaire pour prendre le 3e rang dernière Victoria et Guelph. Ce résultat représentait le 4e podium consécutif de l'équipe masculine du Rouge et Or, un exploit peu banal dont on est rarement témoin dans l'ensemble des sports sur le réseau universitaire canadien.

Bravo à Emmanuel Boisvert, Alexandre Ricard, Nicolas Morin, Benjamin Raymond, Jean-Daniel Labranche, Dany Racine, Vincent Hoa Mai et Patrick Rouleau pour avoir permis au Rouge et Or de poursuivre la séquence de podiums nationaux. 



L'équipe masculine de cross-country du Rouge et Or qui remporte le bronze au championnat national universitaire. 

1. Un chrono prodigieux de 3:34.23 sur 1500m pour Charles Philibert-Thiboutot.

En juillet dernier, Charles Philibert-Thiboutot a eu une opportunité incroyable, se mesurer aux meilleurs coureurs de la planète sur 1500m dans une course qui se voulait une tentative de record du monde. Sur la ligne de départ, il était de loin le coureur le moins expérimenté, mais il ne s'en ait pas laissé imposer et il a réalisé une course presque parfaite en faisant preuve d'une lucidité déconcertante. Au final, il prend le 12e rang en stoppant le chrono à 3:34.23. Ce résultat place Charles au 21e rang mondial en 2015 en plus de faire de lui le 4e canadien le plus rapide de tout les temps sur 1500m et de représenter un nouveau record du Québec en surpassant la marque précédente de 4 secondes.

Quelques jours après cette course, Charles était à Toronto pour participer au Jeux Panaméricains où il remportait le bronze, par la suite il retournait sur le continent européen pour prendre part à une autre rencontre de la prestigieuse Diamond League et il terminait la saison à Pékin en Chine avec une 15e place au championnat du monde.

Cela devient presque banal, mais plus tôt dans l'année, il avait également réalisé les records du Québec en salle sur 1000m, 1500m et 3000m.

Charles a définitivement connu une année de rêve en 2015, cela été un plaisir et une opportunité incroyable pour moi comme entraîneur que de pouvoir le guider au travers de ces moments magiques. L'année 2016 comprendra son lot de défis tout aussi stimulant avec en point de mire les Jeux Olympiques qui auront lieu à Rio De Janeiro au Brésil en août prochain. 


Charles Philibert-Thiboutot lors de la ronde de qualification du championnat du monde à Pékin en Chine. 



Pour finir, merci à l'ensemble des athlètes que j'encadre pour cette année 2015. À votre façon, vous avez tous contribuez à animer mon quotidien et vous me donner la chance d'effectuer ce qui est probablement le plus beau métier du monde dans un contexte stimulant. 

Bonne année 2016 à tous. 


Coach Lapointe 


mardi 1 décembre 2015

De coureur débutant à coureur d'élite, un kilomètre à la fois


                                                                                        21.1km de Philadelphie 22 novembre 2015
Je reviens tout juste de Philadelphie, où j’ai réalisé un record personnel
 de 1h07:45...soit 3:12/km. Très satisfaits de ma performance, moi et 
mon entraîneur avons convenu qu'il serait intéressant de faire le bilan 
de l'entraînement qui m'a mené à pouvoir tenir un tel rythme sur 21.1 km.
 Je retracerai donc mon parcours des 7 dernières années, en mentionnant
 les évènements les plus marquants à mes yeux.

2007 et 2008 (3:12/km=pace 800)

Volume d’entraînement : 50km/semaine 2 mois par année)
Ces deux années passées au cégep représentent le début 

de ma « carrière » en athlétisme. Je venais alors tout juste 
de courir mon premier demi-marathon (1h40) et mon deuxième
 10km (42’). La première année m’a permis de m'initier au XC :
 première équipe et premiers entraînements d'intensité. 
Alors que nous avions une équipe de coureurs débutant en 2007,
 l'arrivée d’Emmanuel Boisvert, de Charles Philibert-Thiboutot et
 de Jean-Samuel Lapointe à la deuxième année a transformé l'équipe,
 nous menant à une deuxième place au championnat canadien.
                                                2008-dernière course collégial. 28e CCAA

De 2009 à 2011 (3:12/km=pace 3k(2009) puis 5k(2011). 
Volume d'entraînement : 90 à 120 km/semaine 10 mois par an)
En 2009, avec un niveau de forme m’amenant à courir 39’ sur 10k 

et 1h24 sur demi, je fis mon entrée dans l’équipe du Rouge et Or, 
qui alors était loin de représenter la force qu’elle est aujourd'hui.
XC 2009 : 8e coureur de l’équipe au provincial, alors que celle-ci ne

 percera pas le top 15 au CIS.
Track 2010 : SB 9:16/4:19
XC 2010 : 8e de l’équipe au provincial, mais je cours tout de même
 au CIS pour une 111e place (6e de l’équipe).
Track 2011 (premier camps d’entraînement en Floride) : SB 8:59/4:11
2010-Premier CIS de XC-109e individuel et 14een équipe

L'été 2011 a été critique puisque je pensais arrêter l'athlétisme

 pour m'adonner à d'autres sports de façon récréative. Félix-Antoine
 a toutefois réussi à me convaincre de continuer au moins une année 
de plus. Étant un grand compétiteur, je ne voulais plus être relégué 
aux rôles de soutien et j'ai décidé que tant qu'à continuer, j'allais y aller 
à 110%. J’ai donc augmenté ma rigueur à l’entrainement, amélioré mon
 alimentation et surtout j’ai commencé à courir à l’année.

XC 2011 (130km/semaine): 6e au provincial et 58e au CIS
Track 2012 : champion provincial sur 3000m, SB : 8 :34/4 :03 et 11e CIS 3000m

Champion provincial 2012 3000m (8:34)
XC 2012 (140km/semaine) : 5e provincial et 28e CIS (médaille d'argent en équipe)
Track 2013 : SB 31:16
XC 2013 (145km/semaine) : 4e provincial et 17e CIS (médaille bronze en équipe)

2013 Dernière course CIS XC- 17e individuel et 3e en équipe
Track 2014 : SB 8:23/4:00

Ainsi, ma détermination, une multitude de camps d'entraînement, 

ma capacité à absorber une grosse charge d'entraînement sans me
 blesser, la confiance de mon coach, des coéquipiers avides de se 
dépasser, une copine qui me soutient dans mon entraînement et un 
noyau d'équipe qui progresse ensemble sur la scène nationale, tels 
ont été les facteurs principaux de ma progression continuelle. De plus, 
avec des records personnels qui s’enchaînaient, je ne pensais plus à arrêter…
du moins pas pour le moment.
Toutefois, mes années d’éligibilité arrivaient à terme et au lieu d'accrocher
 mes souliers comme la plupart des coureurs non professionnels à la fin de
 leur carrière universitaire, j’ai eu la motivation de continuer. Ce choix a 
grandement été influencé par l'obtention d'un contrat de commandites 
d’Asics Canada (merci à Chuck pour le contact) pour moi et Maxime Lapierre.
 En effet, un coéquipier ayant les mêmes objectifs que moi et un commanditaire
 qui démontre de la confiance envers ma progression ont été des facteurs
 clés à ma motivation et ma progression depuis la fin de mes années CIS. 
Ainsi, depuis deux années, je vis la vie de coureur « post-collegiate »,
ce qui m'amène des défis différents : concentrer mes efforts sur les saisons
 d'automne et d'été, participer majoritairement à des courses sur route afin
 d'offrir une visibilité à mon commanditaire et, donc, affronter de nouveaux adversaires.

2014: SB : 14:40/30:41/1h08:37
2015-Team Asics Post-collegiate et coach Félix
2015 : SB: 14:39/30:19/1h07:45

Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve, mais je sais que je veux continuer à offrir le maximum à ce sport pour au moins la prochaine année afin de continuer à explorer les limites de mon corps. Dans cette optique, je souhaite réaliser mon premier marathon à l’automne prochain. Ce choix est également motivé par le fait que ma transition vers les longues distances, depuis 2 ans, s’est avérée très motivante!

2016 : objectifs de PB 14:29/29:59/1h06:59/2h23:59




2012-Médaille d'argent CIS et 28e place individuel. Le début d'une dynastie et un des plus beaux moments de ma vie!









mardi 17 novembre 2015

Championnat canadien universitaire xc 2015

Bonjour à tous,

De retour de Guelph et du championnat canadien universitaire de cross-country 2015, l'heure est maintenant au bilan. Je suis bien fier de ce que le groupe d'étudiants-athlètes du Rouge et Or ont accompli cette année lors de la saison de cross-country. La saison a été riche en émotions et la très grande majorité des coureurs du groupe ont été en mesure de progresser à chaque semaine pour être au sommet de leur forme lors des championnats RSEQ et CIS.

Dès le début de l'année, les objectifs étaient ambitieux et chacun des membres du groupe s'est pleinement investi dans le processus pour connaître une bonne campagne et contribuer au succès de l'équipe. Lors du championnat national à Guelph, les résultats ont été satisfaisants, mais légèrement en dessous des attentes élevées que nous nous étions fixés comme programme. Pour résumer brièvement la situation, nous avons collectivement connu une bonne journée alors qu'il aurait été nécessaire de connaître une très bonne journée pour atteindre les objectifs.

Ces fameux objectifs d'équipe étaient d'améliorer la septième place nationale acquise en 2014 chez les femmes, alors que l'équipe a pris le neuvième rang ... à seulement un petit point de l'Université d'Alberta qui prend le huitième rang et à dix points de l'Université Victoria qui termine septième. Reste que notre équipe féminine de cette année étaient beaucoup plus jeune qu'en 2014 et que les athlètes avaient peu d'expérience sur la scène nationale.

Chez les hommes, nous avions placé la barre haute en souhaitant monter sur la plus haute marche du podium. Malheureusement pour nous, les représentants de Victoria ont livré une performance quasi-parfaite et nous n'avions pas les ressources pour les devancer cette journée. Malgré tout, l'équipe a livré une belle performance et a décroché la médaille de bronze derrière Victoria et Guelph.

Je vous livre maintenant les cinq éléments qui ont retenus mon attention en lien avec les performances des représentants de l'Université Laval lors de ce championnat national.



#5 - Des supporteurs en or. 

Samedi dernier à Guelph, il était plaisant de remarquer qu'environ une trentaine de supporteurs du Rouge et Or avaient fait la route de la ville de Québec vers Guelph pour encourager l'équipe. Dans certains cas, il s'agissait d'athlètes de l'équipe ne participant pas au championnat national, alors que plusieurs anciens du programme y étaient ainsi que quelques parents et amis.

Cela a certainement motivé de façon supplémentaire les athlètes du groupe que de voir que plusieurs membres de la grande famille du Rouge et Or Cross-Country étaient prêt à faire la route vers Guelph pour encourager de façon très énergique les membres de l'équipe. 


Quelques uns des supporteurs de l'équipe ayant fait la route vers Guelph pour encourager les coureurs du Rouge et Or. 


#4 - Des plans de matchs respectés à la lettre.

Ceux qui ont déjà participé à un championnat canadien universitaire de cross-country savent qu'il s'agit d'un course où le niveau est extrêmement dense et où il peut être difficile de bien se positionner en début de course en raison du nombre important de coureur et du rythme rapide généralement imposé par les meneurs. Cette année, les plans de match que j'avais concocté pour les équipes du Rouge et Or impliquaient des départs relativement conservateurs en visant de courir en groupe en souhaitant remonter de plusieurs positions dans la deuxième moitié de course.

Les coureurs de l'équipe ne sont sont pas laissé emporter au départ et ont bien exécuté le plan en demeurant en contrôle de la situation en première moitié de course avant d'accélérer lors des derniers kilomètres. À titre indicatif, les hommes de l'équipe ont retranché 35 points au pointage collectif dans la dernière boucle de 2,5km alors que les femmes ont retranchés près de 100 points lors des derniers 2,5km de la course.

Ce championnat national universitaire étaient le sixième que je vivais comme entraîneur et je peux confirmer que jamais les athlètes que j'encadre n'ont si bien respecté mes consignes lors de la course. Dans un contexte où un nombre très élevé de variable peuvent compliquer la tâche de l'athlète dans ce type de course, bravo aux coureurs qui ont su demeurer concentré et bien exécuter la tâche.

Avec un peu de recul, on peut peut-être se poser la question à savoir si des plans de match plus agressifs auraient pu mieux servir le collectif. Je demeure d'avis que notre stratégie était la bonne et que des départs trop rapides auraient pu nous exclure du podium chez les hommes et nous reléguer à l'extérieur du Top 10 chez les femmes.


Nicolas Morin, Benjamin Raymond, Emmanuel Boisvert et Alexandre Ricard après 2,5km. 


#3 - Des équipes très homogènes. 

En cross-country, on analyse souvent l'écart en terme de temps entre le premier et le cinquième coureur d'une équipe pour analyser la profondeur d'un groupe. Toute la saison, les équipes de Rouge et Or se sont démarquées par cette homogénéité qui est nécessaire pour avoir du succès sur la scène nationale en raison de la densité des pelotons.

Lors du championnat national universitaire, seulement 18 secondes séparaient la première et la cinquième athlètes du Rouge et Or chez les femmes ce qui est de loin l'écart le plus restreint du championnat. La deuxième équipe la plus homogène au pays avait un écart de 53 secondes entre leur première et cinquième coureuse. Sachant que les sept athlètes du Rouge et Or ayant pris part au championnat national à Guelph sont éligible à revenir en 2016, l'équipe pourrait être à surveiller en 2016 si ce groupe de jeunes femmes arrive à bien progresser dans la prochaine année. 

Chez les hommes, il a été difficile de prévoir le classement intra-équipe durant l'ensemble de la saison. D'une journée à une autre et d'un parcours à l'autre, différents athlètes du Rouge et Or ont été en mesure de s'illustrer durant la saison. Lors du championnat national, c'est Emmanuel Boisvert et Alexandre Ricard qui ont mené les trompes alors qu'il avait pris les 4e et 5e place au sein de l'équipe deux semaines plus tôt lors du championnat provincial. Au niveau de l'écart entre le premier et cinquième homme de Laval lors du championnat canadien, une faible marge de 33 secondes séparaient les athlètes en question ce qui est de loin de plus petit écart au sein d'une équipe masculine lors de ce championnat. 

Karine Beaudet et Marilou Ferland-Dagile terminant à moins d'une seconde d'écart sur un effort de plus de 22 minutes. 


#2 - Emmanuel Boisvert de retour au sommet. 

Samedi dernier à Guelph, Emmanuel Boisvert a marqué à sa façon l'histoire du programme de cross-country de l'Université Laval. Dans un premier temps, Emmanuel a égalisé un record de l'histoire du programme en étant nommé sur l'équipe d'étoile nationale à une troisième reprise durant sa carrière (Catherine Cormier et Charles Philibert-Thiboutot sont les deux autres anciens étudiants-athlètes du Rouge et Or a avoir réussit l'exploit à trois reprises).

Au delà de sa place sur l'équipe d'étoile, l'histoire d'Emmanuel a de quoi marquer les consciences, car il a subit un grave traumatisme crânien en décembre 2013. Cet accident l'a tenu à l'écart de la compétition plusieurs mois et il a dû travailler très fort pendant près de deux ans pour finalement revenir au niveau qu'il était en course à pied avant le traumatisme. Voir Emmanuel connaître du succès lors du championnat canadien universitaire de cette année était certainement un des beaux moments de ma carrière d'entraîneur. J'ai la chance d'accompagner Emmanuel dans son cheminement depuis maintenant 10 ans et je suis très fier de la détermination dont il a fait preuve dans les deux dernières années. Il a su persévérer dans un contexte où la majorité des athlètes auraient lancé la serviette. 

Emmanuel Boisvert prenant le 13 rang au championnat SIC de cross-country 2015. 


#1 - La médaille de bronze de l'équipe masculine.

Après l'argent en 2012, le bronze en 2013 et 2014, les hommes de l'Université Laval parviennent a monter sur le podium national en cross-country pour une quatrième année consécutive en remportant le bronze encore une fois en 2015. Malgré le fait que les ambitions étaient élevées et que l'équipe aurait aimé remporté l'or, les coureurs du Rouge et Or peuvent être fier d'avoir livré la marchandise en réalisant un podium alors que l’opposition était au rendez-vous et que plusieurs équipes pouvaient aspirer à une place dans le Top 3. 



B. Raymond, E. Boisvert, N. Morin, A. Ricard, V. Hoa Mai, J. Labranche, D. Racine et P. Rouleau recevant la médaille de bronze. 




Maintenant, #GetBackToWork pour faire mieux en 2016 lors du prochain championnat national universitaire de cross-country.



Coach Lapointe 

dimanche 1 novembre 2015

Championnant RSEQ XC 2015

Mission accomplie !

En partant de Grand-Mère ce samedi 31 octobre, c'est ce que je me suis dit : Mission accomplie ! En effet, les athlètes du Rouge et Or ont remporté les titres provinciaux RSEQ chez les femmes ainsi que chez les hommes et ce, de façon convaincante. Du côté féminin, il s'agissait d'un deuxième titre en deux ans alors que pour les hommes il s'agit d'un cinquième triomphe en cinq ans.

La victoire chez les femmes est particulièrement satisfaisante, car l'opposition était au rendez-vous et l'équipe a malgré tout remporté la victoire avec une avance de 25 points. Ce gain a été possible grâce à une belle performance collective où on a vu plusieurs athlètes prendre leurs responsabilités et relever leur niveau d'un cran pour assurer la victoire d'équipe.

Il est intéressant de noter que de 2014 à 2015, le top 5 de l'équipe au championnat RSEQ a complètement changé. Donc, malgré des départs ou des blessures chez les meneuses de l'équipe 2014, d'autres athlètes se sont imposés en 2015 en prouvant leur valeur ainsi que la force du programme. Chapeau à Jeanne Mercier, Marilou Ferland-Daigle et Anne-Marie Gauthier pour avoir été en mesure de prendre votre place et mener l'équipe à la victoire alors que vous aviez un rôle plus effacé il y a à peine un an. Mention également à Karine Beaudet et Maggie Proulx qui ont été capable d'avoir un impact significatif sur le pointage par équipe dès leur première année avec l'équipe. Reste maintenant à peaufiner la préparation pour le championnat national où nous viserons d'améliorer la 7e place acquise l'an dernier. 

Chez les hommes, l'équipe a encore une fois été dominante en marquant un maigre total de 18 points pour devancer McGill par une marge de 31 points. Nicolas Morin et Dany Racine ont continué sur une belle lancée en faisant encore une fois preuve de constance et en terminant respectivement premier et deuxième du volet universitaire. Cette cinquième victoire consécutive égalise la plus longue séquence de victoires pour une équipe RSEQ chez les hommes. La seule autre séquence de cinq ans a eu lieu de 1993 à 1997 à l'époque où McGill dominait le circuit.

Ce qu'il y a de plus satisfaisant dans les résultats de l'équipe masculine du Rouge et Or à Grand-Mère est probablement les 19 petites secondes qui séparent le premier du cinquième athlète du Rouge et Or. Ce genre d'écart très réduit a été présent toute la saison et prouve l'homogénéité du groupe. C'est cette qualité spécifique qui nous permet d'aspirer à réaliser de grandes choses dans deux semaines à Guelph lors du championnat national universitaire.

Pour finir ce témoignage, je salue les anciens du Rouge et Or qui ont participé à l'événement comme membre du CAUL. C'est un plaisir que vous me faites que de continuer votre cheminement athlétique au-delà de votre carrière universitaire. Vous contribuez à démontrer qu'il est toujours possible de progresser, de s'entraîner sérieusement et de progresser de façon significative même après une carrière universitaire. 

Bravo également à la jeune Anne-Marie Comeau. L'athlète junior du CAUL avait un beau défi devant elle, ce samedi en prenant part au 6km chez les seniors. Elle a su impressionner en reportant l'épreuve et en prouvant encore une fois sa très grande valeur.

Bannières provinciales RSEQ renouvelées en cross-country pour le Rouge et Or.  

À bientôt 



Coach Lapointe